La fascination pour la couleur est apparue dès l'ouverture de  ma première   boite de crayons Caran d'Ache ... Depuis , mon regard n'a cessé d’être attiré par les couleurs vives. Plus tard, en découvrant les fauves, principalement Henri Matisse et André Derain, tout un univers pictural gai, vif et optimiste s'est imposé à moi.
Ma démarche artistique est une quête intérieure qui s'appuie sur tout un univers coloré... C'est ma "joyeuse introspection"... 
 

 


L'identité est tout à la fois une cristallisation organisée des sentiments, des expériences et une crispation permanente des projets pour tenter la difficile unité d'une image de soi.
Comme elle, mon travail évolue donc constamment. J'ai d'abord travaillé sur une représentation cloisonnée, fragmentée et disloquée, qui renvoyait inlassablement à l'interrogation du "qui es tu ?"
Une introspection vécue non pas tant à travers le sujet que dans son traitement, toile après toile, morceau par morceau, profond et long travail d'ensemencement. Le bleu de mes personnages est alors central, couleur de ce qui n'est plus ou de ce qui n'est pas encore... il permet de détruire et de reconstruire afin de mieux livrer mon expérience au regard de l'autre.

Aujourd'hui, cette longue Arthérapie disruptive a révélé ce qui était caché. Après tant de fragmentations, la solution du "Je suis qui je suis" s'est naturellement imposée.
Je considère dorénavant mes toiles comme autant de radiographies colorées de mon existence rassemblée. Le présent et le passé s'entrecroisent et jouent ensemble dans un même mouvement avec la lumière. Et c'est sans déni, qu'on découvre partout une cicatrice indélébile, une sorte de fêlure qui fait justement ce que nous sommes. Car la nostalgie est une nécessité vitale pour un ego qui croit à tort à son autonomie, alors qu'il repose au contraire sur une accumulation de souvenirs, auxquels il fait inconsciemment référence. Ma volonté permanente et frontale à susciter une émotion est une injonction au regardant... il doit devenir le témoin engagé d’une tranche de vie afin de se sentir lui aussi un acteur en mouvement ...
Avantage collatéral, il y a aussi cette quête du sensible, du fragile et du ressenti, à la fois artistique et spirituelle qui convoque des émotions comme la peur, le plaisir, la douleur, la souvenance ou l'émerveillement.
En parlant de mon vécu, j'aspire à toucher l'universel.